"THOMAS SANKARA, un destin pour l’histoire..." de Farougou Mo Hadja Bintou


Imprimer l'article Réagissez à cet articleUn message, un commentaire ?

UN HOMME ASSASSINE POUR SES IDEES, PAR CEUX (DU NORD COMME AU SUD) QUI VOULAIENT PROFITER D’UNE AFRIQUE EN RETARD.

Héros d’une époque, pionnier d’une Afrique nouvelle, le 15 octobre 1987 est mort assassiné l’une des figures marquantes de l’histoire contemporaine africaine. Visionnaire et patriote, il prônait une plus forte intégration des Etats africains et proposait des voies alternatives originales pour le développement de son pays. Il fustigeait ceux qui méprisent les peuples qu’ils dirigent et condamnait l’asservissement dont nous sommes l’objet.

L’héritage politique et « identitaire » de Thomas Sankara - tout comme ceux de Patrice Lumumba, Diallo Telly ou Kwame Nkruma-est considérable en Afrique et en particulier dans la jeunesse africaine. Son gouvernement entreprit des réformes majeures pour combattre la corruption et améliorer l’éducation, l’agriculture et le statut des femmes. Il a fait ses études secondaires au Lycée Ouézin Coulibaly de Bobo-Dioulasso, deuxième ville du pays. Il a suivi une formation d’officier à Madagascar et devint en 1976 commandant du centre de commando de Pô. La même année, il fait la connaissance de Blaise Compaoré avec lequel il formera le Regroupement des officiers communistes (ROC). En septembre 1981, il devient secrétaire d’État à l’information dans le gouvernement du colonel Saye-Zerbo. Il démissionnera le 21 avril 1982, déclarant « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! » Le 7 novembre 1982, un nouveau coup d’État portait au pouvoir le médecin militaire Jean-Baptiste Ouédraogo. Sankara devint premier ministre en janvier 1983, mais fut limogé et mis aux arrêts le 17 mai, après une visite de Guy Penne, conseiller de François Mitterrand. Le lien entre la visite de Guy Penne et l’arrestation de Sankara reste sujet à controverse, même si les soupçons d’une intervention française restent forts.

Un nouveau coup d’État, le 4 août 1983 place Thomas Sankara à la présidence. Il définit son programme comme anti-impérialiste, en particulier dans son « Discours d’orientation politique », écrit par Valère Somé. Son gouvernement retira aux chefs traditionnels les pouvoirs féodaux qu’ils continuaient d’exercer. Il créa les CDR (Comités de défense de la révolution), aux objectifs de lutte contre la corruption. Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara fut assassiné, il fut déclaré « décédé de mort naturelle » par un médecin militaire. L’absence de tout procès ou de toute enquête de la part du gouvernement burkinabé a été condamnée en 2006 par le Comité des droits de l’homme des Nations Unies. Par ailleurs, le gouvernement français de l’époque (cohabitation entre Jacques Chirac qui gouverne et François Mitterrand qui préside) est soupçonné d’avoir joué un rôle dans cet assassinat, ainsi que plusieurs autres gouvernements africains gouvernés par des amis de la France. Si la décision de condamner l’absence d’enquête constitue une première mondiale dans la lutte contre l’impunité, elle est insuffisante, puisqu’elle n’a conduit à aucune condamnation. Thomas Sankara a été d’ailleurs proclamé modèle par la jeunesse africaine au forum social africain de Bamako 2006 et au forum mondial de Nairobi en 2007. En 2007, pour la première fois depuis 19 ans, la veuve de Thomas Sankara, Mariam Serme Sankara a pu aller se recueillir sur sa tombe présumée lors des 20es commémorations à Ouagadougou.

Idées et Actions Politiques  : Thomas Sankara était en premier lieu un des chefs du Mouvement des non-alignés, les pays qui durant la Guerre Froide ont refusé de prendre parti pour l’un ou l’autre des deux blocs. Dans ses discours, il dénonce le colonialisme et le néo-colonialisme, notamment de la France, en Afrique (notamment les régimes clients de Côte d’Ivoire et du Mali, lequel lance plusieurs fois, soutenu par la France, des actions militaires contre le Burkina Faso). Devant l’ONU, il défend le droit des peuples à pouvoir manger à leur faim, boire à leur soif, être éduqués. Pour redonner le pouvoir au peuple, dans une logique de démocratie participative, il créa les CDR (Comités de défense de la révolution) auxquels tout le monde pouvait participer, et qui assuraient la gestion des questions locales et organisaient les grandes actions. Les CDR étaient coordonnés dans le CNR (Conseil national de la révolution). Les résultats de cette politique sont sans appel : réduction de la malnutrition, de la soif (construction massive par les CDR de puits et retenues d’eau), des maladies (grâce aux politiques de "vaccinations commandos", notamment des enfants, burkinabés ou non)et de l’analphabétisme (grâce aux "opérations alpha"). Il a aussi institué la coutume de planter un arbre à chaque grande occasion pour lutter contre la désertification. Il est le seul président d’Afrique (et sans doute du monde) à avoir vendu les luxueuses voitures de fonctions de l’Etat pour les remplacer par de basiques Renault 5. Il faisait tous ses voyages en classe touriste et ses collaborateurs étaient tenus de faire de même. Il est célèbre aussi pour son habitude de toujours visiter Harlem (et d’y faire un discours) avant l’ONU. J’espère qu’un jour L’AVENIR RENDRA JUSTICE !!!

FAROUGOU MO HADJA BINTOU

Source : http://www.farougou.com/pages/les-hommes-de-l-histoire/thomas-sankara.html



 


Mots-clés


Réagissez à cet article Réagissez

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1288 /1961636

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Français  Suivre la vie du site VOUS AVEZ LA PAROLE  Suivre la vie du site Vos réflexions   ?

128 visiteurs en ce moment

Visiteurs connectés : 134