Message de Madame Mariam SANKARA à l’occasion du 21ème anniversaire de l’assassinat du Président Thomas SANKARA


Imprimer l'article Réagissez à cet articleUn message, un commentaire ?

Message de Madame Mariam SANKARA à l’occasion du 21ème anniversaire de l’assassinat du Président Thomas SANKARA

 

Mes Chers amis,

Mes Chers Camarades,

A l’occasion de la commémoration du 21ème anniversaire de l’assassinat le 15 octobre 1987du Président Thomas SANKARA et de 12 de ses compagnons, je suis heureuse de constater que vous êtes toujours là aussi nombreux que d’habitude, pour ce rendez annuel de la mémoire et du recueillement.

Il est important pour mes enfants et moi-même ainsi que pour toute la famille SANKARA et tous ceux qui sont attachés à l’idée même de justice et de dignité humaine, de sentir que malgré toutes ces longues années passées, des hommes, des femmes, des jeunes, au BURKINA FASO et un peu partout dans le monde continuent à se mobiliser pour que l’œuvre et les idéaux de justice, d’intégrité et de dignité défendus par le Président Thomas SANKARA ne soient jamais oubliés, malgré tous les efforts déployés par le régime pour effacer ses traces.

Il est important pour le triomphe de ces idéaux, que des hommes et des femmes continuent à redoubler de détermination au BURKINA FASO et partout dans le monde pour que les auteurs de cet ignoble assassinat soient punis, malgré les entraves judiciaires et politiques dressées délibérément depuis des années par le pouvoir burkinabé contre notre combat. 

Aussi, je réitère avec force et fermeté que malgré le déni de justice dont mes enfants et moi-même sommes victimes, malgré le refus des juridictions burkinabé d’instruire cette affaire conformément aux recommandations pertinentes de l’ONU concernant la saisine du Tribunal Militaire sur ordre du Ministre de la Défense que nous n’avons cessé de réclamer, malgré les diversions, les mensonges, les obstacles dressés sur notre  chemin par le pouvoir burkinabé, nous ne baisserons jamais les bras et continuerons à lutter. 

Tant que la lumière ne sera pas faite sur l’assassinat du Président Thomas SANKARA, nous continuerons à nous battre par tous les moyens de droit pour que justice soit faite. Nous continuerons à le faire parce que la mémoire de mon époux l’exige. Nous continuerons à le faire parce que les Burkinabé et les Africains veulent connaître la vérité. Nous continuerons à mener ce combat parce que nous ne nous satisferons jamais de cette culture d’impunité et de violence politique qui sévit au BURKINA FASO et dans de nombreux pays africains malgré des démocraties de pure façade.

Notre détermination est d’autant plus grande aujourd’hui que les récentes révélations devant le Tribunal spécial pour le LIBERIA, des anciens compagnons de Charles TAYLOR comme John TARNUE, ancien commandant des forces du LIBERIA ou celles de l’ancien chef de guerre Prince JOHNSON devant la Commission Vérité et Réconciliation au LIBERIA, relayées par la presse nationale et internationale, ont mis clairement et directement en cause Monsieur Blaise COMPAORE lui-même dans le renversement et l’assassinat du Président Thomas SANKARA et de 12 de ses compagnons le 15 octobre 1987.

Nous ferons tout ce qui est possible auprès des instances les plus indiquées sur le plan national et international pour lesquelles les mots Justice, Etat de droit, Dignité humaine ne sont pas de mots vains et creux pour que notre cause soit entendue ; nous continuerons à interpeller les autorités Burkinabé devant ces instances pour que les auteurs de cet horrible massacre soient jugés comme le sont à juste droit dans le monde les auteurs des crimes graves, comme l’est d’ailleurs aujourd’hui Monsieur Charles TAYLOR avec lequel - selon les deux criminels cités plus haut - Monsieur Blaise COMPAORE a signé le pacte de sang qui a conduit à l’assassinat de mon époux et de 12 de ses compagnons.

Je sais que vous continuerez à soutenir ce combat qu’aucune indemnité financière ne pourra compenser tant que les assassins du Président Thomas SANKARA seront vivants et continueront à bénéficier d’une totale impunité et à parader ici et là dans le monde. Je sais que vous continuerez à soutenir ce combat étroitement lié à celui de l’avènement d’une vraie démocratie et d’un vrai développement au BURKINA FASO et dans bon nombre de pays africains largement viciés par cette impunité. 

Qu’il me soit permis à cet effet de remercier tous les avocats du Comité International Justice pour Thomas SANKARA, pour le précieux appui qu’ils m’apportent gracieusement depuis des années dans ce combat ainsi que tous ceux qui, au BURKINA FASO, en AFRIQUE et dans le monde, continuent, depuis 21 ans à œuvrer pour que triomphent les idéaux du Président Thomas SANKARA, tous ceux qui se dressent contre l’injustice, l’oppression, la misère, au moment où la déroute actuelle du libéralisme un peu partout démontre à quel point, les idéaux que défendait Thomas SANKARA restent d’actualité, et que se pose aujourd’hui plus que jamais, la nécessité d’un ordre international plus juste. 

Merci à tous les Sankaristes de continuer courageusement cette lutte sur le plan politique et social depuis des années. Je ne peux que les encourager à travailler pour la mise en place d’un projet de société qui prendra assise sur les idées de celui qui a incarné et continuera à incarner l’espoir de tous ceux qui, au BURKINA FASO, en AFRIQUE et dans le monde, s’élèvent quotidiennement contre les injustices sociales et se battent pour leur dignité, leur autodétermination, ceux qui refusent l’état de survie, la corruption, le népotisme, la destruction de la nature, l’exploitation de l’homme par l’homme. 

Merci encore au peuple burkinabé et à sa jeunesse pour sa formidable mobilisation autour du 20ème anniversaire l’année dernière. 

Merci de m’avoir reçu si chaleureusement lors de ces inoubliables moments à jamais inscrits dans la page de notre histoire et qui nous donnent aujourd’hui la force de continuer ensemble à nous battre avec plus de détermination qu’avant, pour faire en sorte que chaque centimètre carré de nos vies devienne, comme le voulait le Président Thomas SANKARA, "un centimètre carré de liberté et de dignité " pour que,

Vive le BURKINA FASO !

Vive l’AFRIQUE ! 

Je vous remercie pour votre indéfectible soutien.

Montpellier le 15 octobre 2008

Mariam SANKARA

 

 



 


Mots-clés


Réagissez à cet article Réagissez

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

public|spip|ecrire:forum


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1313 /2263191

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Français  Suivre la vie du site ACTUALITES  Suivre la vie du site Actualité   ?

42 visiteurs en ce moment

visiteurs_connectes