Le 16 et le 17 juillet a eu lieu, dans le cadre de l’Université d’Eté de Maspalomas (Iles Canaries) et de l’année Sankara 2007, un cours dédié à l’étude de la vie et de l’oeuvre politique de Thomas Sankara. L’objectif était de contribuer à une meilleure connaissance de celui qui fut Président du Burkina Fasso entre le 4 août 1983 et le 15 octobre 1987, jout où il fut assassiné par les hommes de son meilleur ami et compagnon d’armes, Blaise Compaoré, dès lors et jusqu’à présent président du pays. Mais il s’agissait également d’analyser, éclairée par le légué sankariste, la situation actuelle du continent africain.

Suivant cet objectif, le cours fut organisé en deux journées: la première fut dédiée à la biographie et le légué politique de Sankara, mais aussi à informer sur la célébration de l’année Sankara en Espagne, au Burkina et dans le monde.

L’exposition des aspects biographiques de Sankara fut réalisée par Bruno Jaffré, qui depuis des années fait des recherches sur la vie du President des pauvres –tel qu’il est connu en Afrique-. Jaffré est l’auteur de l’unique biographie sur le chef de l’Etat burkinabé, oeuvre qu’il est en train d’amplifier en ce moment et qui approfondit dans les complexes relations politiques de la période révolutionnaire.

L’analyse politique de la révolution sankariste fut prise en charge par Fidèle Toé, ancien Ministre de la Fonction Publique et ami personnel du Président depuis les premières années du lycée. Les témoignages des deux conférenciers furent très importants, car ils firent posible que les présents, une soixantaine de personnes, obtiennent une information rigoureuse sur le leader burkinabé, un grand méconnu dans notre pays.

Dans la table ronde qui mit fin à cette première tournée, Juan Montero offrit un argumentaire lucide sur les motifs qui font nécessaire la célébration d’une Année Sankara et l’on exposa également les lignes générales d’action des comités espagnol et burkinabé et de la coordination internationale.

Il faut noter l’énorme intérêt du colloque qui suivit les conférences et qui permit d’approfondir dans les aspects biographiques et politiques de Thomas Sankara, mais également dans les causes et les conséquences de son assassinat et l’importance de son légué pour l’Afrique d’aujourd’hui.

La deuxième journée s’occupa de l’analyse de l’ Afrique actuelle. Les deux premières interventions furent prises en charge par deux grands spécialistes en politique internationale: Sami Nair, qui exposa son point de vue sur les grands maux de l’Afrique et Mbuyi Kabunda, qui s’occupa des solutions à ces maux. Tous deux firent noter les liens entre la crise africaine et la dévastatrice politique de l’Europe dans le continent africain durant les périodes coloniale et post-coloniale, ainsi que l’importance d’expériences politiques comme celle développée par Sankara, comme une voie pour dépasser l’état permanent de crise de l’Afrique. Le débat fut coordiné par José Monleón, directeur de l’Institut International de Théâtre de la Méditérranée. Tous trois formèrent partie postérieurement d’une table ronde qui aborda le sujet du futur de l’Afrique et qui mit point final à un cours dont le bilan est extrêmement positif, car il permit de répondre à l’objectif d’approfondir dans la connaissance de Thomas Sankara et du sankarisme, en comptant avec des invités hautement qualifiés.

Antonio Lozano, Comité espagnol Sankara 2007

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.