L’AFFAIRE THOMAS SANKARA
Le juge et le politique…

Dieudonné Nkounkou

200pages, publié à NK Editions en 2002

ISBN : 2-9519030-1-4

Présentation (4 ème de couverture)

Contre l’impunité, ce livre dévoile les moisissures d’un système militaro-politico-judiciaire, en l’occurence celui du Burkina Faso.

Son auteur Maitre Dieudonné Nkounkou, Avocat à la Cour de Montpellier en France, est l’un des Avocats de la veuve Madame Mariam Sankara et de ses deux enfants Phliippe Relwendé Sankara et Augustre Wendyam Sankara.

Afin que chacun découvre les barrières qui empêchent l’éclatement de la vérité concernant l’assassinat du Président de la République du Burkina Faso, Monsieur Thomas Sankara, il vous invite à découvrir les documents accablants et authentiques, jusqu’ici réservés.

Ainsi pourriez-vous peut-être l’aider à répondre aux questions suivantes qu’il se pose :

  • Que reste t-il de nation à celle qui se refuse de retrouver et de juger les assassins de son Président?

  • Quelle garantie donne-t-elle à ses cotoyens en matière d’équité juridique et de sécurité de vie?

  • A quand un Tribunal de Vérité, de Justice, de Loi Vivante, de Morale pour la dignité des hommes?

Afin que cessent les meurtres, les génocides, la raison du plus fort et la stupidité, qui génèrent la déchéance humaine!

Cet ouvrage souligne non seulement l’impunité du système, mais aussi les dangers qui guettent vos enfants. Lisez-le et parlez-en.

Surtout n’attendez pas que l’orage détruise votre bananeraie avant d’en prendre conscience, car aussi longue que soit la nuit, le jour viendra.

L’auteur

Maitre Dieudonné Nkounkou, Maitre Dieudonné Nkounkou, Avocat à la Cour de Montpellier en France, était l’un des Avocats de la veuve Madame Mariam Sankara et de ses deux enfants Phliippe Relwendé Sankara et Auguste Wendyam Sankara. Il appartenait au Collectif d’avocats mis en place par le Comité International Justice pour Thomas Sankara.

Nkounkou Dieudonné était par ailleurs artiste musicien, et poète.

M. Dieudonné Nkounkou est décédé le 29 Juillet 2019 à Kinshasa

 

Table des matières

Avant Propos

  1. Le drame du 15 octobre 1987

  2. La Plainte du 29 septembre

  3. Le Casse-tête judiciaire

  4. L’Affaire Sankara devant la Chambre d’Accusation

  5. Intervention de Ram Ouédraogo

  6. Pourvoi en Cassation

  7. Le dialogue de sourds

  8. La position du Présdient Compaoré

  9. Les sorties du minsitre de la Justice et de la Défense

  10. Puis vient Saye Zerbo

  11. Le mystère continue

ANNEXES

  1. L’Ordonnance aux fins d’informer

  2. Les Textes (Code de Justice Militaire)

  3. L’Arrêt de le Chambre d’Accusation

  4. Jurisprudence Kafando (Arrêt du 31 mars 1999)

  5. Message à la Nation du Chef de l’Etat

  6. Arrêt de renvoi du 17 juillet 2000 (affaire Kafando)

  7. Déclaration de Pourvoi

  8. Textes (Ordonnance du 26 août 1991)

  9. Acte de naissance de l’enfant mineur

  10. Arrêt de la Cour Suprême

  11. Le Commentaire de l’Arrêt

  12. Lettre au Ministre de la Défense

  13. Témoignage du Colonel Saye Zerbo

  14. Lettres de Ram Puedraogo

  15. Liste des crimes impunis au Burkina Faso

  16. Lettre ouverte à Jacques Chirac

  17. Le certificat de décès de Thomas Sankara

Nos Commentaires

 Notons que le livre commence par une révélation, celle des noms des militaires qui ont fait partie du commando qui ont tué Sankara. Seuls leurs initiales avaient jusqu’ici été publiées dans l’hebdomadaire Bendré.

Dieudonné Nkounkou relate ensuite dans les détails les péripéties judiciaires qu’ont eu à subir les avocats représentant Mme Sankara et ses enfant depuis le début de l’affaire en 1997, de l’irrecevabilité pour absence de versment de 5000 FCFA alors que les avocats avaient déjà versé 1 million de FCFA, au renvoi à la justice militaire, qui ne peut être saisi par une partie civile et qui se retranche derrière le ministre de la Défense et de la Justice se retranchant à leur tour derrière le Président Compaoré.

Mais M. Nkounkou ne se contente pas des arguments juridiques, ce qui rend parfois la lecture un peu ardue, mais il resitue cette action judiciaire dans le contexte politique de la mise en place d’un Comité de Mise en Oeuvre des recommandations de la Commission pour la Réconciliation Nationale durigé par le ministre d’Etat Ram Ouedraogo. Rappelons ici que cette commission avait été mise en place, suite aux recommandations d’un Comité des Sages, après les révoltes populaires qui ont soulevé les burkinabé après l’assassinat de Norbert Zongo.

Dieudonné Nkounkou dénonce aussi les manoeuvres de Ram Ouedraogo cherchant à interrompre la procédure judiciaire par des versements d’argent et publie les échanges de courrier entre Mme Sankara et Ram Ouédraogo.

On connait la suite et les décisions d’avril 2006 du Comité des Droits de l’homme de l’ONU injoignant l’Etat burkinabé (voir sur le site la rubrique consacrée à l’affaire Sankara à l’adresse et la décison de commission des droits de l’homme l’ONU d’avril 2006 à l’adresse) de repondre la procédure judiciaire et donnant raison à la famille sur la plupart des points soulevés. On espère donc que Dieudonné Nkounkou nous livrera une nouvelle version de cette « Affaire Sankara » contenant les derniers évènements.

BJ

2 COMMENTAIRES

  1. > L’AFFAIRE THOMAS SANKARA, le juge et le politique, un livre de Dieudonné Nkounkou
    Comment se procurer ce livre

    • > L’AFFAIRE THOMAS SANKARA, le juge et le politique, un livre de Dieudonné Nkounkou
      Si vous êtes au Burkina, vous avez les lieux de vente, sinon vous avez les numéro et adresse de l’éditeur.
      Si vous m’écrivez par courriel (voir nous contacter dans le menu à gauche pour voir mon adresse) je vous mettrai en contact avec l’auteur.
      BJ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.