Cet article a été publié dans le Numéro 661 du mardi 09 mai 2006 de l’hebdomadaire burkinabé ‘l’Indépendant (voir le site de l’Indépendant à l’adresse http://www.independant.bf/) 

 


Affaire Thomas Sankara : Des insomnies à la présidence du Faso


La famille de feu le premier président du Faso peut enfin retrouver le sourire depuis que le comité de l’ONU lui a donné raison dans son combat judiciaire engagé depuis bientôt 10 ans. En rappel, Le 29 septembre 1997, avant l’échéance de la prescription décennale, Mme Mariam Sankara a déposé, en tant qu’épouse de Thomas Sankara et au nom de ses deux enfants mineurs, une plainte contre X pour assassinat du capitaine Thomas Sankara ainsi que pour faux en écriture administrative auprès du doyen des juges d’instruction près le tribunal de grande instance de Ouagadougou. Le 9 octobre 1997, Ies auteurs ont déposé aussi une consignation de 1 million de francs CFA, conformément au Code de procédure pénale. Il s’ensuivra une longue et pénible procédure devant les instances judiciaires du Burkina qui, finalement, n’a abouti à aucun résultat probant pour les plaignants qui vont finalement se déporter devant le Comité des droits de l’homme de l’ONU le 12 octobre 2002. Celui-ci mettra près de quatre ans pour rendre son verdict donnant raison à la famille Sankara. Elle a le droit selon le Comité des droits de l’homme de l’ONU de « connaître les circonstances de la mort de Thomas Sankara ». Et le Comité de rappeler que le refus de mener une enquête sur la mort de Thomas Sankara, la non-reconnaissance officielle du lieu de sa dépouille et la non-rectification de l’acte de décès constitue un traitement inhumain et est donc contraire à l’article 7 du Pacte international que notre pays a ratifié en 1999.

 Les exécutants à la place des commanditaires

Cet article stipule que « nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants… » Enfin contrairement aux arguments du Burkina Faso, le Comité des droits de l’homme de l’ONU affirme qu’aucune prescription ne saurait rendre caduque l’action devant le juge militaire. Le Comité souhaite ainsi recevoir du Burkina Faso, dans les 90 jours suivant la transmission des présentes constatations, des informations sur les mesures qu’il aura prises pour donner suite à cette affaire. Selon des informations qui nous sont parvenues, cette décision du Comité des droits de l’homme des Nations Unies crée de sérieuses insomnies au président du Faso qui pourtant serait favorable à la tenue d’un procès sur l’affaire Thomas Sankara sur le sol national. Le ministre de la Justice, avait déjà rendu public un communiqué au lendemain du 5 avril et allant dans ce sens. Couvert actuellement par diverses immunités en tant que président du Faso, ce sont certainement les exécutants des assassinats du 15 octobre qui se retrouveront devant la barre avec pour fermes consignes de prendre tout sur eux comme ce fut le cas pour l’affaire David Ouédraogo où Marcel Kafando, feu Edmond Koama et Ousséni Yaro ont accepté se faire condamner à de lourdes peines à la place des commanditaires. Les acteurs du 15 octobre 1987 sont toujours là pour bon nombre d’entre eux puisque pour les autorités en poste depuis cette date, l’affaire Sankara était enterrée. Point n’était besoin d’inquiéter ceux qui ont exécuté le président du CNR. L’occasion sera donnée si le procès a lieu, à des gens comme l’adjudant Hyacinthe Kafando qui du reste se vantait d’avoir été le premier à tirer sur le président Sankara, de comparaitre pour étayer davantage ses déclarations.

Violation du domicile de la famille Sankara

Tous les Burkinabé savent que ses déconvenues avec le pouvoir de Blaise Compaoré sont arrivées à un moment où il en faisait un peu trop aussi bien dans ses actions que dans ses paroles. Ainsi on raconte qu’il avait fait voir de toutes les couleurs à un ministre du régime Compaoré qui avait osé le critiquer publiquement en lui faisant comprendre que c’est grâce à lui qu’il était au pouvoir. Toutefois, l’adjudant Kafando n’est pas le seul exécutant dans cette affaire Thomas Sankara. Des gens comme l’adjudant-chef Abdramane Zoétyenga, l’homme de confiance du capitaine Thomas Sankara qui goûtait ses repas avant que lui-même ne mange et qui était peu avant les événements tragiques d’octobre à Pô pour une formation militaire qu’on avait ramené pour le convaincre et l’impliquer dans le coup auront aussi leur mot à dire. Pour ce qui est des tortures physiques et morales sublies pas la veuve Sankara et ses enfants, le commando de gendarmes qui est allé bastonner Mariam Sankara à domicile et l’obliger à quitter le Burkina pour se refugier dans un premier temps au Gabon, puis par la suite en France, devra également jouer sa partition en éclairant la lanterne des burkinabè sur ces actes barbares. Certains membres de ce commando sont actuellement à la retraite mais d’autres sont toujours en service et devront témoigner. Comme le pays est une vaste savane où tout finit par se savoir, certains ont fini par se vanter d’avoir forcé la veuve Sankara à quitter le Burkina. Mais eux étaient également des exécutants. Ils devront certainement dire qui leur a donné l’ordre d’aller poser de tels actes au domicile privé de la famille Sankara.

 Michel Zoungrana

 

5 COMMENTAIRES

  1. > Affaire Sankara : des insomnies à la présidence du Faso
    Il serait capital de rappeler a l’actuel president du Faso Blaise Compaore qu’il n’y a que la mort qui l’empechera de repondre a l’assassinat de celui qui fut son mentor, ami et frere.

    Comme Mobutu, il avait succomber a cette manipulation occidentale qui consiste a faire des africain et de l’afrique noir une sucursale de l’imperialisme et du colonialisme eternel, une forme d’esclavage moderne que LE PRESIDENT SANKARA avait voulu mettre fin.

    A 43 ans je suis l’un de ces jeuneS qui avait vu en vous ( SANKARA et Compaore )la renaissance d’une Afrique libre ideologiquement, economiquement et intelectuellement. Imaginez un seul instant, le chemin de votre revolution et vos ideologies 19 ans apres avoir commandite l’assassinat de votre frere d’armes ; croyez moi l’Afrique aurait un autre visage aujourd’hui aux yeux des occidentaux.

    Mais il fallut que vous ( Compaore ) vendiez l’espoir de toute la jeunesse Africaine pour satisfaire le vice de l’occident qui consiste et se plait de voir une Afrique dependente sur toutes ces formes.

    La limite de votre revolution ne se limite qu’a votre petit ventre et celui de vos proches.

    Qu’est devenu le BURKINA en 19 ans ? biensur un PPTE comme tous les autres sans porte d’issue et dans 5 ou 10 ans on partira de PPTE pour PPAE (PAYS PRET A EMERGER) et dans 50 des PE (PAYS EMERGEANTS) ; Voila le CIRQUE qui attend nos ENFANTS.

    Parce que des gents comme vous, Bongo,Biya,Sassou,Obiang,Conte,Eyadema,Bedie et autres ont hypotequer l’Afrique pour quelques titres et honneurs. Bokassa, cela vous reviens souvent a l’esprit…

    Vous avez des enfants et vous aurez des petits enfants qui ne vivrons jamais en paix par votre betise et votre egoisme et sachez que cela prendrea le temps qu’il faudra mais vous, vos enfants et vos petits enfants payerons le prix.

    Vous etes le prototype meme du negre et de la medaille qui ne se nourrit que des titres et des honneurs.

    Nous savons que vous avez des insomnies depuis la mort de SANKARA car son esprit est toujours present au faso et dans le reste du continent.

    Voyez ce qui est arrive a Mobutu, Doe, Taylor et autres, et vous croyez vraiment que cela vous echappera ?

    Je ne vous souhaite pas une MORT subite, mais une longue vie pour que la nature vous offre un CANCER qui vous rongera tres lentement avec une violence extreme pour vous permettre de voir a quoi ressemble la vie de l’autre cote et sachez que SANKARA apparaitra a votre porte le moment venu.

    La plus part des dirigeants negres et occidentaux qui vous ont soutenus dans l’assassinat de SANKARA ne sont plus et pour ceux qui y sont encore en poste, faisant allusion a un petit pays en Afrique centrale, dites lui de vous preparer un lopin de tombe dans un cimetiere de la place car comme mobutu, cela se passera dans l’ANONYMAT sans titres ni honneurs.

    NOUS SOMMES AU COURRANT DE VOS CAUCHEMARS ET SAVONS QUE VOUS AVEZ UN CANCER INSOMNIAQUE DEPUIS LE 15 OCTOBRE 1987. Mr President it’s just a matter of TIME NOW.

    VIVE THOMAS SANKARA

      • > Affaire Sankara : des insomnies à la présidence du Faso
        blaise est le satan personnifie,il ne connait pas le mot peuple,meme au temps de la revolution, son souci c’etait comment elemine SANKARA pour acceder au pouvoir.la preuve quil ne connait pas le mot peuple est qu’il se soucit de ses animaux a ziniare puisque le peuple bukinabe.SANKARA restera a jamais dans la concience collective du peuple burkinabe et du monde entier.vive le capitaine THOMAS SANKARA

        • > Affaire Sankara : des insomnies à la présidence du Faso
          Un message privéé pour Fatou Diallo par prof. Claudio Moffa, Université de Teramo, http://www.claudiomoffa.it.
          Bien trouvée, je suis interessé a savoir si vous etes la meme Fatou Diallo qui etait en charge du secteur feminine des CDR en 1984. Je etait à l’epoque journaliste, et j’ai avait suivi une votre campagne d’explication dans les villages et si j’ai me rappelle bien, dans une localité ou etait en construction une digue, à la cerimonie etait présent aussi Sankarà, avec le quel j’ai avai eu une entrevue, après publiè sur le quotidien italien “il manifesto”. Je voudrais savoir si vous vives en Europe (France? ou j’ai projecté une mission d’etude pour le prochain octobre. Je aimerais savoir de votres eventuelles ecrit sur le period de la revolution.
          Vous vous trouverais mentionné dans tous le cas en un mon article du 1948, que j’ai reproduit en pdf sur mon web, maintenant à la premier fenetre.
          Mon addresse electr est [email protected]. Je suis aussi sur facebook.

  2. Mr Compaore est ce que vous n’avez pas honte de vous meme apres avoir assassiner toute une famille-la tienne
    Mr compaore,permet moi de paraphraser Monsieur Elie Yves lorsqu’il dit et c’est vrai,qu’il a fallut que tu vend l’espoir de toute la jeunesse africaine pour satisfaire le vice de l’occident.
    Et en assasinant Thomas Sankara tu as aussi assasiner ses parents.
    Notre papa,Ton papa,Joseph Sankara a attendu jusqu’a sa mort que tu vient lui expliquer ce qui s’est passer entre toi et ton frere sankara,jusqu’a ce que mort s’en suive,tu n’as jamais ete et lui ni la maman de thomas n’ont jamais visiter la tombe de thomas car esperant que tu viendra leur dire effectivement ce qui s’est passer ce 15 octobre 1987,date a laquelle tu as rendu le tiers monde orphelin, en assasinant son unique espoir.
    Espoir de ces etres qui sont dans les guethos.
    Espoir des chomeurs
    Espoir des femmes du mond entier.
    Espoir des meres de nos pays demunis.
    Espoir de l’enfant du pauvre.
    Espoir des artistes.
    Espoir des journalistes que tu est entrain d’assasiner a l’image de Norbert Zongo.
    Espoir de l’Afrique,de l’Asie,de l’Amerique centrale.
    Espoir des sans-voix.
    Espoir des laisser-pour-compte.
    Blaise as tu seulement chercher un jour a savoir que sont devenus Mariam Sankara,Philipe et Auguste?
    Je suis sur si tu etais mort avant Thomas toi meme tu le sais chantal et ses enfants n’allaient pas vivre en dehors du faso,nom donner au bukinabes et qui faient leur fierte par Thomas Sankara.
    Mais sache qu’un jour tot ou tard tu repondra de tes actes,de ton crime que tu as commis contre ton frere,car nous n’aurons pas de repos jusqu’au jour tu viendras devant un tribunal avouer ce que tu n’as pas voulu faire avec papa joseph.
    THOMAS DANS NOS COEURS ET NOS ESPRITS TU VIVRAS ETERNELLEMENT
    DORS EN PAIX
    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.