Nous rendons compte dans cette page de façon succincte des initiatives qui se sont tenues en 2011 qui ont donné lieu à une information sur la campagne “Justice pour Sankara, justice pour l’Afrique”, et qui ont permis de ramasser des signatures à la pétition du même titre (voir le texte est les signatures à http://thomassankara.net/?p=866).

—-

7 février 2011 Atelier du Forum Social Mondial de Dakar : De Lumumba à Sankara, vérité justice et réparation pour les peuples africains (CADTM – ATTAC Burkina – Survie)

Vue générale de l'assistance (photo Antoine Souef)

La tenue du forum social mondial 2011 en terres africaines est une opportunité majeure pour revenir sur les grands hommes de l’histoire africaine, altermondialistes avant l’heure : Patrice Lumuba et Thomas Sankara.

Ces deux hommes, séparés de quelques décennies, ont en commun un projet d’émancipation de leur pays, une vision pan africaniste, et une mort violente impliquant les puissances occidentales. Leur volonté de mener une politique en faveur de leurs peuples, et des peuples africains les a rendu indésirables aux colons et néo colons belges, français ou américains, qui se sont appuyés sur des acteurs locaux pour obtenir leur élimination physique. L’impunité dont jouissent leurs assassins formant un socle au maintien de la domination occidentale.

Cet atelier a ainsi été l’occasion de rendre hommage à ces grands hommes, de faire le point sur les avancées juridiques (aux niveaux nationaux et internationaux), et de tenter de tirer les leçons de ces vies sacrifiées pour la lutte émancipatrice.

« On ne tue pas le idées » disait Sankara en hommage à Che Guevara! Les témoignages émouvants ou enflammés lors de cet atelier, notamment de la part de Blandine Sankara (la petite sœur de Thomas) ont fait ressortir que si ces hommes ont été tués, leurs idées vivent encore. Leurs noms sont aujourd’hui des symboles, et la flamme de leur combat brule encore pour de plus en plus de gens à travers le monde entier.

Compte rendu Antoine Souef

On pourra consulter un compte rendu plus complet à http://thomassankara.net/?p=1046

—-

Soirée Sankara à Lille organisée par SURVIE Nord le 10/2/2011 (6 photos)

Soirée à Lille le 10 février 2011

Bruno Jaffré a fait un exposé sur la génèse de la révolution et ses réalisations, les circonstances de l’assassinat de Thomas. Il a fait le point sur la campagne “Justice pour Sankara Justice pour l’Afrique”.
Paco Koné, musicien, ancien membre de l’orchestre des petits chanteurs aux poings levés a témoigné sur la personnalité de Thomas Sankara. La soirée s’est terminée en musique. Paco Koné a interprêté le morceau “Ko Tessé” en hommage à Thomas Sankara.
Une soixante de signatures ont été recueillies à la pétition “Justice pour Sankara, Justice pour l’Afrique”.

—-

Le 21 juin 2011, 21 députés de l’assemblée nationale française demandent l’ouverture d’une enquête parlementaire. Voir à http://thomassankara.net/?p=1097.

—-

Le 28 juin 2011, conférence de presse à l’assemblée nationale, avec les députés Noël Mamère (Verts) et Roland Muzeau (PCF), Odile Biyidi Awala, Pésidente de l’association SURVIE et Benewendé Sankara, Chef de file de l’opposition burkinabé et avocat de Madame Sankara.

De gauche à droite, Roland Muzeau, Odile Biyidi Awala, Noël Mamère, Benewendé Sankara et Bruno Jaffré

—-

Le 1er juillet 2011 à Paris, 150 personnes participent à une réunion publique, pour soutenir la demande d’enquête parlementaire et manifester sa solidarité avec le peuple burkinabè en lutte. Plusieurs artistes burkinabè assurent une animation musicale. Voir le compte rendu complet à http://thomassankara.net/?p=1103

Paco Koné, Carlos Ouedraogo, Désiré Sankara et Abdoulaye Traoré

Une partie des orateurs de la soirée

—-

Le 21 décembre 2011, publication d’un communiqué de presse : ” 8000 Signatures pour réclamer « Justice pour Thomas Sankara, Justice pour l’Afrique »” (voir à http://thomassankara.net/?p=1236)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Saisissez votre commentaire svp!
SVP saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.